Le «sens au travail» ou la quête du Graal des salariés français

23 Avril 2018

Le sens de notre travail est un sujet existentiel qui fait débat dans les entreprises. Une étude menée par le cabinet Deloitte et Viadeo dévoile que 56% des salariés estiment que le sens au travail s'est dégradé.

Les tâches que vous réalisez chaque jour au quotidien ont-elles du sens? Vous sentez-vous stimulé par votre poste et ses réalités? In fine, avez-vous le sentiment d'être utile grâce à votre activité professionnelle? Des questions que se posent chaque jours des milliers de salariés français, sans réllement trouver de réponses qui leur conviennent. «Le sens au travail n'est souvent jamais aussi essentiel que lorsqu'il manque», selon le sociologue et philosophe français Edgar Morin. Parler de ce «sens», en débattre avec nos proches, et le fait de le rechercher signifierait donc qu'il se raréfie dans nos quotidiens?

C'est effectivement le principal enseignement d'une étude «Sens au travail ou sens interdit», réalisée conjointement par le cabinet Deloitte et le réseau social Viadeo pour Wisdom Paris, que s'est procurée Le Figaro. Ainsi, un salarié sur deux explique avoir choisi son métier pour répondre à cette quête de sens au travail... et 56% des salariés estiment que le sens au travail se dégrade. Et cette quête de sens, elle concerne tout le monde. Selon 21% des sondés, il s'agit d'un sujet organisationnel, 30% en font une affaire personnelle, mais près de la moitié des sondés estiment qu'il s'agit d'un sujet collectif.

Au cours des six derniers mois, près de 80% des salariés français ont évoqué le sens au travail dans leurs discussions quotidiennes. Et la moitié du temps, cette discussion a eu lieu dans leur environnement professionnel. Quels sont les critères qui permettent de créer du sens dans l'activité réelle au quotidien? Apprendre de nouvelles choses (16%), la transmission des compétences (14%), la reconnaissance (14%), comprendre ses erreurs (8%) ou intervenir dans un conflit et aider à le résoudre (10%).

Le sens, un rempart face au «brown-out»
«Plutôt que de chercher à déterminer le sens au travail de manière générale, travaillons à créer ces espaces et avec les salariés les conditions qui permettent à chacun de trouver un sens au travail qu'il effectue», analyse Laurence Monnet-Vernier, associée «Capital humain» chez Deloitte. Si le sens est matière à débat au sein même de l'entreprise et que les salariés se remettent en question, pourquoi ne pas ériger ce «sens» en sujet de votre prochain séminaire? La sonnette d'alarme a déjà été tirée à plusieurs reprises, sous plusieurs formes. Après le «burn-out» symbolisant l'excès de travail jusqu'à épuisement, le «bore-out» et l'ennui permanent au bureau, deux chercheurs britannique et suédois ont théorisé le «brown-out» - qui signifie littéralement «baisse de courant» - une pathologie qui est ressentie par un salarié qui ne comprend pas (ou plus) son travail.

Le sociologue Émile Durkheim avait prédit que la perte de normes et de repères serait le prochain mal du siècle. Au travail, cette tendance est assez symptomatique de notre époque... À l'été 2013, l'anthropologue américain David Graeber publiait une tribune qui avait eu l'effet d'une bombe, intitulée «Du phénomène des jobs à la con». Sa théorie: à cause des progrès technologiques, la société invente des rôles et produit des métiers inutiles. Il vise particulièrement les secteurs suivants: ressources humaines, management, conseil, finance, et une grande partie des emplois de bureau. Peut-on faire semblant de trouver un sens à ce qui n'en a pas? Marc Estat, ancien dirigeant d'une multinationale, en a même fait un livre, «Néantreprise, dans votre bureau, personne ne vous entend crier», sorti en mars 2016.

Son témoignage est édifiant. Un quotidien absurde, rythmé par des réunions sans intérêt, dans lesquelles on parle un jargon corporate grotesque pour masquer le néant... «Je ne trouvais aucun sens à ce que je faisais. Je me suis redirigée vers le secteur public pour l'aspect intérêt général. Mais là, c'est le manque d'efficacité et la lourdeur que je n'ai pas supportés», expliquait il y a quelques mois Clara Deletraz, 32 ans, ancienne employée dans des grands groupes du CAC 40. Elle a donc co-fondé, il y a un an et demi, la start-up Switch collective, qui propose une formation pour permettre aux salariés dans le besoin de faire le point. Preuve que la question du sens est omniprésente.

Article de Quentin Périnel - Journaliste et chroniqueur au Figaro


Retour aux actualités

Demande de rappel